Journée mondiale du paludisme 2022 : MIMVaC-Africa se lance sur le terrain pour un vaccin efficace

Dr Daouda OUATTARA, MIMVaC-Afrique Banfora La Journée mondiale du paludisme est commémorée chaque 25 avril dans le monde entier. Cette commémoration permet aux différents acteurs de faire le point sur la lutte contre cette maladie qui frappe en permanence des millions de familles sur terre. Sous le thème "Innover pour réduire le fardeau du paludisme et sauver des vies", cette journée fait également appel à toutes les nouvelles initiatives pour vaincre le paludisme.

L'OMS estime qu'aucun outil parmi les solutions actuelles ne permettra à lui seul de résoudre le problème du paludisme. Des investissements et des innovations dans de nouvelles approches de lutte antivectorielle, de nouveaux diagnostics, de nouveaux médicaments antipaludiques et d'autres outils sont nécessaires pour accélérer les progrès contre la maladie.

Selon le dernier rapport de l'OMS sur le paludisme, on estime à 241 millions de cas et 627 000 décès dus au paludisme dans le monde. Au Burkina Faso, en 2021, 12 231 036 cas ont été enregistrés dans les formations sanitaires, avec 605 504 cas de paludisme grave et malheureusement 4 355 décès.

 

C'est en réponse à cette importante lutte mondiale que l'initiative MIMVaC-Afrique a été mise en place pour développer un vaccin efficace contre le paludisme.

MIMVaC-Africa est un grand consortium d'une douzaine d'universités et d'instituts dans le monde, lancé en mars 2020 et coordonné par le Groupe de Recherche Action en Santé (GRAS) basé à Ouagadougou. Ce consortium, largement financé par l'Union européenne à travers le programme EDCTP.

MIMVaC-Africa est donc une initiative multilatérale visant à favoriser le développement clinique de candidats vaccins efficaces contre les différents stades du microbe du paludisme. Les travaux sont en cours dans les différentes structures du consortium.

Au Burkina Faso, le projet a, grâce au partenariat du GRAS avec la région des Cascades, installé au sein du Centre Médical Urbain (CMU) de Banfora, un de ses sites de recherche sur le terrain depuis septembre 2020.

Selon le Dr Daouda Ouattara, responsable du site de Banfora, le MIMVaC-Africa est bien accueilli par les agents et la population de la région des Cascades. Naturellement, les activités au niveau communautaire se déroulent bien. La mission principale de ce site est de mener des études observationnelles et des essais vaccinaux. Le Dr Ouattara constate que le paludisme reste la première cause de consultation dans les centres de santé où son équipe intervient. Par conséquent, son principal objectif est que MIMVaC-Africa obtienne un vaccin efficace contre le paludisme dans les meilleurs délais.

Le Dr Ouattara, au nom du coordinateur du Consortium MIMVaC-Afrique, a remercié les partenaires mobilisés aux niveaux local, national et international pour la bonne collaboration.

Le MIMVaC-Afrique a, dans le cadre de ses activités de chantier, rénové un bâtiment entier initialement vétuste et abandonné et plusieurs locaux au sein de la CMU de Banfora, afin de soutenir ses activités.

 

Contacts : www.gras.bf ; https://www.mimvac-africa.org/